Carrés de couleurs

Carrés de couleurs

Exercices sur la couleur

Après une petite pause nécessaire pour les vacances de Noël, j’ai pris le temps de réunir cette recherche sur les couleurs qui m’a aidé à traverser cette transition si particulière qui passe de la fin de l’automne à l’hiver.

Je vais donc faire un petit tour d’horizon graphique de cette fin d’année. J’ai travaillé le plus souvent à l’ipad sur Procreate. Suite à des visionnages de vidéos parlant de couleurs, j’ai eu l’envie de reprendre les fondamentaux.

Tous les formats suivant sont des carrés pour répondre à mon besoin de changement. Je voulais également prendre un nouveau départ. C’est l’occasion de repenser un peu mon profil Instagram. J’ai revu mes présentations pour trouver une forme de compromis entre praticité et qualité. C’est une contrainte nouvelle qui apporte de nouvelles perspectives.

Visions de l’automne

Après avoir sélectionné quatre couleurs de l’automne, j’ai trouvé le temps de poser quelques concepts. En essayant de renouveler un peu ma créativité. Je reviens aux bases voir même un peu dans mon enfance. Le premier de la série est volontairement conceptuel. Cependant, les motifs permettent facilement de retrouver le sujet.

C’est la petite maison dans la colline, à l’approche de Noël avec ses images de l’enfance qui reviennent en force. Ce qui m’a semblé intéressant est d’avoir colorisé tous les objets des mêmes couleurs. Ce qui d’office crée la série et permet aussi de travailler sur les vides et les pleins. J’obtiens des effets de profondeur mais ce n’est pas flagrant. Les nuances plus claires dans le fond apporte une sorte d’éloignement. Il aurait peu être fallu jouer un peu plus avec et tenter de jouer avec ces couches.

C’est aussi un travail rapide pour laisser la créativité fonctionner d’elle même. Ce n’est pas évident à expliquer mais c’est passionnant à explorer.

Le motif des feuilles disparaît au profit d’autres plus simples. C’est parfois difficile. Je ressens la courbure des feuilles. Volontairement coupée pour imaginer autre chose. Pour moi ce serais peut-être le dos d’un dinosaure. Un de ceux qui sortent en automne bien entendu !

Les couleurs de l’hiver

Vu la date, pas de doutes, nous sommes en hiver ! C’est la veille de Noël et j’ai pris peu de temps pour les réaliser. Je continue mes carrés. Je trouve le format enrichissant, il permet de positionner autrement le décor, de revoir son point de vue, de changer d’angle. J’ai pris le temps de choisir les couleurs d’hiver et je me suis lancé. J’ai repensé aux côtes de la Hague, tels qu’elles sont dans ma caboche.

Je joue aussi avec les épaisseurs de traits et tente autre chose. J’ai longtemps dessiné au pinceau plume à l’encre de chine avec une cartouche. Ce qui est pratique pour les voyages mais pas indispensable pour les soirées d’hiver. Ces dessins restent en numérique mais j’ai l’impression de retrouver quelques sensations du pinceau malgré le glissement sur la surface lisse de l’écran.

Encore une fois, je cherche des « nouveaux » motifs. Comment réagit la couleur, les contrastes, la répétition ? Jouer avec le principe même du leitmotiv visuel est relaxant. C’est un réel plaisir de jouer avec les oppositions et renforcer ou affaiblir les formes.

Au fil de mes recherches, je me rend compte que je suis aussi influencé par des années de lectures de bandes dessinées. Les décors sont cernés. Je ne suis pas un grand fan de la ligne claire. J’applique par ces lignes une limite au format carré qui semble mal respirer. Il est contraint. La dominance du gris renforce cette sensation.

J’inverse quelques couleurs, teste avec d’autres décors. Je raconte la même chose mais c’est à la fois différent. Cette fois, la côte est rouge, la mer est bleue avec des reflets jaunes. Avec le recul, j’ai instinctivement reproduit un coucher de soleil sans le voir.

Les nuages semblent veinés comme vivant leur propre vie, ce qu’il font régulièrement en fait !

Le dernier de cette mini-série commence à devenir un peu plus abstrait. Je devrais prendre un détail, zoomer et m’attacher à l’exploration de la couleur. Ce serait encore plus dynamique. On oublierait presque cette première idée de la côte de la Hague, comme une vue de l’esprit.

Le rozel : la référence

J’ai hésité à compléter avec cette série et les autres. Ces dessins sont tirés de photos prises sur place sur la plage du Rozel. J’ai profité d’un bref passage dans ce coin pour prendre des clichés. Je pense au final, que c’était dans la même série : même couleurs ou presque et abstraction toute relative. Mes intuitions de couleurs n’étaient donc pas dépourvues de sens.

J’apprécie définitivement l’achat de mon ipad pour arriver à de tels résultats. Même si je reste toujours insatisfait globalement de ma technique. Il faudrait que j’y consacre encore plus de patience, de persévérance. Je ne suis pas toujours réceptif à ce que je pense au fond de moi. Je préfère ressortir une impression immédiate, instantanée. Peut-être par flemme, pour éviter un travail long et fastidieux. Parfois, prendre trop de temps c’est aussi « mollir » et perdre son trait. Perdre l’essentiel pour résumer. Mais je vois ou est-ce que je peux creuser mon travail, explorer encore un peu cette palette magique sans peinture mais rempli de couleurs.

Pour réaliser ces dessins, je pars d’une photo de la réalité. C’est finalement ce qui les différencie des autres. La technique reste la même, je rajoute quelques couleurs en plus sur une palette limitée.

Je débute par tracer les contours, grossièrement. Ensuite, je reprends sur des calques différents chaque couleurs jouant avec le crayon dit « 6B » . Je mets souvent le tracé au max pour jouer plus finement (paradoxalement) avec l’épaisseur du trait. Cela permet d’influer sur la pression du stylet et cela réagit assez bien.

Je suis vraiment satisfait de celui ci. Ce qui est intéressant c’est l’impact, comment cela vibre. Les coloris sont moins prononcés sur la photo d’origine. En revanche, ce sentiment d’explosion de couleurs est tout de même présent sur place quand on se balade sur les abord du Rozel.

En y réfléchissant bien, je devrais compléter mes pérégrinations avec des notes sur mes impressions. Je serai en mesure de retrouver mon sentiment dans l’instant et retrouver plus facilement la mémoire au regard de mes photos. C’est un travail pris à chaud et crée à froid mais au chaud. Je me comprends.

Pour celui ci, j’ai mis juste une couleur de fond un peu grisée. J’aimerai toucher du doigt, même un peu, l’esprit de Van Gogh mais avec de la peinture numérique. Cela me semble presque possible. J’ai encore beaucoup de chemin pour y arriver et je serai très content d’arriver à faire vibrer la couleur aussi bien que lui un jour, dans 150 ans peut-être.

J’aime beaucoup le fait de confondre la mer avec le sable, peu d’éléments permettent de comprendre ce que l’on voit. Je devrait aller plus dans l’abstrait et ressortir que l’esprit global qui se dégage. La encore un simple zoom ou un tracé encore plus gros, plus incisif devrait réussir à ressortir cette impression.

Nous voila ce qui me semble être le dernier de la série. pas de fond cette fois ci, mêmes couleurs, mais une disposition plus rythmée, parfois plus abstraite encore. Il semble inachevé et la présence de blanc indique peut-être l’espérance de trouver un jour un peu de neige dans ces décors magnifiques.

Ce qu’il faut retenir

Choisir sa palette de couleurs est essentiel. Je ne sais toujours pas si les bleus, rouges et jaunes que j’ai sélectionnées sont « idéals ». Ces touches colorées correspondent à un choix et à mes envies. On peut toujours se baser sur la roue des couleurs et ajuster sur les complémentaires ou analogiques. C’est pratique mais assez artificiel. Un peu d’improvisation est salutaire parfois. Se balader pour observer les vrais rouges du ciel est quand même indispensable à mon avis.

Le fait de travailler sur des carrés offre une réelle perspective nouvelle. Je garde cette idée jusqu’à épuisement avant de revenir sur un autre format. La page se remplie différemment, on pense autrement. Cette contrainte m’a poussé à revoir ma composition et finalement créer quelque chose de nouveau.

Par ailleurs, j’apprécie de travailler à partir de photos. Il est important d’alterner entre dessins de création et d’observation pour ne pas rester dans une routine. Des bonnes pratiques ressembleraient plutôt à ceci : Choisir son sujet, son lieu, réfléchir aux endroits que l’on souhaite observer avant d’y aller et se balader pour regarder, sentir, écouter, prendre des photos avec plaisir et noter éventuellement les sensations pour produire une réelle « archive mémorielle ».

Pour cet exercice, je l’ai fait avec mon téléphone et j’ai perdu quelques détails. Ce sera l’occasion de revenir à ces endroits pour recommencer et prendre le temps de profiter des lieux encore une fois avec une autre lumière, d’autres nuages, d’autres points de vues.

Enfin, produire chez soi bien au chaud mais tout en essayant de retranscrire les sensations que l’on a ressenti sur place est un exercice difficile mais confortable. Jouer avec les couleurs pour aller plus loin que la réalité et proposer un voyage personnel intérieur complet reste un objectif louable. Il manque peu être des textes, une histoire, des retours de votre part, ca viendra !

Cette nouvelle année promet de belles rencontres et de beaux projets.

Previous post micro-entreprise : impôts et taxes
Next post Le réservoir de rêves