From Vincent Peters

Je souhaite m’attarder un peu sur les portraits, sur les proportions, et prendre des risques en travaillant à partir de personnalités connues. Cela fait un petit temps que je traîne avec moi cette boîte de crayons qui reproduit des effets d’aquarelles au contact de l’eau. J’aime bien mettre en place les contrastes. Je laisse délibérément la couleur de côté. J’ai trouvé de beaux portraits à la médiathèque. Il était temps de produire quelques dessins et de tester tout cela !

La boîte à outils

Le pinceau : un pinceau aquarelle de la marque Raphaël 805 pour ne pas replonger trop souvent cet outil dans l’eau. C’est un outil qui me sert souvent pour les aquarelles.

Le papier : un carnet Adriano format A4, 300 g / m2 avec un grain apparent mais pas au niveau du torchon non plus. Du papier de qualité pour obtenir de bonnes réactions avec l’eau.

Des crayons de couleur : des Faber Castel, art grip aquarelle, de la bonne qualité également, de belles couleurs qui réagissent donc à l’eau.

Le livre de photos : Vincent Peters, [Selected Works] en italique car c’est le nom d’une œuvre

Des portraits contrastés

Le plus dur est toujours de choisir en premier celui que je veux dessiner. Je me donne environ une bonne heure par portrait sans chercher à regarder la montre non plus. Je choisis une couleur qui semble bien aller et je commence une construction classique de dessin. Je ne gomme quasiment pas. De toute façon le crayon ne permet pas non plus la même aisance que le crayon à papier. Il reste des traces.

Pour mon premier essai, j’ai commencé avec les crayons et continué avec une couleur de peinture aquarelle approchante. Mais au final, cela revenait à se servir du crayon aquarelle uniquement comme crayonné préalable. Je voulais pouvoir ressentir la force du crayon et des pigments. J’ai donc décidé dès le deuxième essai de garder uniquement le crayon sans ajout de peinture autre.

Ne maîtrisant pas non plus la technique de l’aquarelle à fond, mon premier objectif n’était pas atteint. J’ai juste vu que je pouvais quand même réussir à proposer des portraits à peu près ressemblants tout en travaillant les contrastes, la lumière, les aplats et découvrir une nouvelle technique en m’amusant.
En regardant de plus près, je reste assez timide sur la quantité de peinture. On obtient un visage assez clair, presque éthéré, qui manque de contraste. Peut-être aussi la couleur rose pas assez franche face au blanc.

Premier essai de portrait avec crayonné et ajout de peinture aquarelle

Du crayon et de l’eau uniquement

Le papier tient bien la route, et je ne risque pas de percer la feuille en appuyant trop fort. Même en le sachant, je me lance timidement pour les contours et la forme globale du portrait. Assez rapidement, je commence à remplir certaines surfaces pour préparer les aplats. Ce qu’il y a de déroutant avec le crayon aquarelle, c’est qu’au contact de l’eau on estompe parfois des détails. Alors une fois bien confiant, je me lance à fond. Je ne vais pas jusqu’à casser les mines, mais je suis souvent à la limite de la rupture.

Une fois le croquis réalisé, je pourrais presque m’arrêter là mais je trouve que c’est passé à côté de l’essentiel. C’est justement à cet instant que le travail de précision commence. Je trempe le pinceau dans l’eau et je peux repasser sur certains traits, modifier des aplats que j’ai préparés. Voir comment réagissent les pigments et la pulpe du papier. C’est une étape cruciale qui me prend pourtant à peine cinq minutes. Quand on passe presque 45 minutes sur un portrait, tout gâcher en quelques secondes est parfois frustrant. Mais cette série s’est bien passée, bizarrement.

L’intérêt de ne pas passer avec l’étape crayon à papier, c’est que les traits de constructions font partie du dessin. J’apprécie de laisser exprès les crayonnés parfois. On voit comment le dessin est construit. Et puis le fait de se lancer sans filet permet de percevoir toutes les erreurs, que je n’arrive pas toujours à masquer avec un peu d’eau. 

Les couleurs plus sombres ressortent mieux. Le bleu et le noir ont plus d’impact mais le rose reste mon préféré. Certains visages mériteraient que je me penche dessus et refaire un essai dans une autre couleur…on verra plus tard. J’ai enfin trouvé un moyen de me servir de ces crayons. Il y en a surement d’autres. Le chemin est encore long avant de maitriser tout, et c’est tant mieux !