inktober 2020 « final »

inktober 2020 « final »

J’ai raté l’article de la semaine 3 et 4. J’étais pourtant dans les temps avec mes 2 premiers articles. Du coup, bah autant aller directement au fait, j’ai réussi mon défi : terminer dans les temps le Inktober 2020.

Pour rappel, j’ai profité de ce challenge pour mettre en place quelques contraintes supplémentaires. J’utilise de l’encre(pas de numérique). J’essaye de tenir sur une heure de pour un dessin et rester dans le thème imposé autant que possible. Cette revue de dessin est juste un commentaire personnel sur cette production marathon.

Jour 15 : avant poste

le seul chemin vers la cité des rochers

J’ai trouvé un feutre qui commençait à fatiguer, alors je m’en sert pour faire une impression d’éloignement. Je fais ressortir les deux plans et je reste sur un trait plutôt épais au premier plan et des effets de traits simples. Rien de très original, je travaille sur une sorte de profondeur à l’aide d’un trait plus fin en arrière plan. Le château dans le fond n’est pas très réaliste mais, laisse mon esprit vagabonder.

Jour 16 : rocket

dans l’espace on ne fait pas d’appel de phares, ça peut être vu comme un acte de guerre

Un jour, les touristes pourront envahir aussi l’espace. Moi j’y crois ! J’ai donc imaginé ce camping car de l’espace avec un couple qui ne comprend rien au code de l’espace. Les traits sur les fusées semblent inutiles. Cela attire l’œil, c’est parfois facile de rajouter ce genre de rustines pour attirer l’attention. Il faudra que je veille à ne pas trop utiliser ce genre de subterfuges. Au final, un bon dessin n’a pas besoin de traits pour indiquer de la vitesse… Bon, c’est comme tout : il faut juste l’utiliser de manière raisonné.

Jour 17 : tempête

un ouragan approche

C’est plus un ouragan qu’une tempête ! J’ai pris une référence sur internet. C’est incroyable comme des gens arrivent à capter ce type de phénomènes. Je reste dessus à peu près une heure de travail. J’ai retrouvé mes stylos qui se fragilisent de plus en plus. les effets de vents tournants sont fait avec ceux-là. Je dirai même que d’une certaine façon, avoir des crayons en fin de vie est pratique pour préparer son dessin. Ils ont le même rôle que des dessins préparatoires au crayon à papier.

Jour 18 : piège

la télévision est un piège

La télévision est un « piège ». Le plus dur est souvent de trouver l’idée. Cette fois ci, j’ai juste regardé à coté de mon bureau, et vu deux « petits zombies » devant l’écran. Ma première idée était de reprendre une sorte de Sadako sortant de l’écran.

Jour 19 : vertigineux

vue de hauteur qui peut donner le vertige

C’est le point de vue qui est original, finalement. Les perspectives ne sont pas si exactes que cela. Mais c’est un angle qu’il faudrait que j’utilise plus souvent. Il me fait penser à la vision d’une mouche en plein vol.

Jour 20 : corail

un corail fan de keith haring

C’est peu être le dessin le plus abstrait de la série. Est-ce vraiment un corail ? je suis omnubilé parfois par le travail de Keith Haring. Ce qui est intéressant, c’est que parfois, on ne distingue plus le fond de la forme. Ou commence le Corail et ou termine-t-il ?

Jour 21 : dormir

appartement délabré après une fête

Le cinéma est une ressource inépuisable pour s’inspirer. Vous aurez peu être trouvé la ressemblance avec une scène mythique de « Las Végas parano » ? J’en ai profité pour casser la télé du salon, il est temps.

Jour 22 : chef de cuisine

un chef prépare un plat en cuisine pendant qu’un commis tombée avec ses oranges

Pris par le temps, je trouve après coup, que ce dessin manque un peu de profondeur. Le commis, glisse, mais sur quoi, et ou va-t-il atterrir ? J’use toujours un peu trop des traits pour accentuer ce que je n’arrive pas réellement à immortaliser sous forme de dessin.

Jour 23 : déchirer

échine à café qui est déchirée

J’attendais un café sur une terrasse d’Angers. Vu le temps qu’il a mis à arriver, je me suis imaginé une vieille cafetière industrielle qui a du mal à sortir un nectar précieux. Je n’arrive pas à choisir entre un mur de brique avec du papier peint déchiré et une mécanique bien rodée.

Jour 24 : creuser

équipe d’excavation d’idée tête de personnage

Je commence à comprendre que pour avancer, il faut partfois juste laisser vagabonder son esprit et le dessin suivra de lui même. C’est exactement ce qui est arrivé pour ce dessin. Je me creusait la tête pour trouver un truc…et hop ! Je crois que c’est mon préféré.

Jour 25 : ami

un personnage prend peur car un ami saute en parachute pendant le vol de montgolfière

La je pense que je suis parti un peu trop loin cette fois-ci. Il est même difficile de trouver le mot : ami dans ce dessin sans contexte. Mais j’ai bien aimé dessiner un personnage dans une montgolfière ! C’est aussi intéressant de raconter de petites histoires en arrière plan. D’autres sauteurs en parachutes.

Jour 26 : se cacher

un petit robot se cache d’une sorte d’invasion d’araignées mechanique

C’est un petit clin d’œil à mes films préférés : les fins du mondes à propos d’invasions extra-terrestres. Il n’y a pas non plus d’humains dans ce dessin, c’est un robot qui se cache. Peut-être que c’est l’agresseur à quatre pate qui est un humain ?

Jour 27 : musique

J’ai juste pensé au meilleur clip de tout les temps et aussi le premier ! Dessiné sur la musique de thriller, je suis certain que la musique a un influence dans mon trait, dans le rythme et la manière dont parcours la feuille. Un dessin sous « influence » musicale.

Jour 28 : flotter

Bon, la je suis obligé de reprendre le texte qui a accompagné le dessin car je pense le réexploiter un jour :  » Nos poules de l’espace picorent la coque du vaisseau, les vibrations nettoient la structure. Quand leur hublot commence à fatiguer, elles sont libérées dans l’espace et « flottent » le temps de les récupérer. » La poule de l’espace est un concept que j’ai déjà réfléchi sur d’autres sujets et devrait revenir plus souvent. On en parle pas assez !

Jour 29 : chaussure

Je reviens sur un dessin plutôt classique d’un arbre avec une idées simple : positionner le sujet dans un endroit inattendu. Ce qui est intéressant sur celui-là, c’est que la plupart des chaussures sont dessinées à la va vite, il faut presque faire une effort pour reconnaitre une chaussure. Cependant, dans la masse, il suffit que notre cerveau en renaisonnaise quelques unes pour faire le reste. Vive le pouvoir de l’imagination !

Jour 30 : Mauvaise augure

Ce soir là, mes crayons plus épais étaient vraiment fatigués. J’ai donc utilisé celui à ma disposition beaucoup plus fin. Pour ceux qui ont suivi, j’ai pris un café à Angers. Qui dit Angers, dit château, dit tapisserie apocalypse, dit Dürer. Tiens, il aurai pu faire intober2020 ?
Je ne suis pas au niveau mais j’ai quand même essayé de retrouver un style. C’est une au final une mauvaise copie mais c’est super enrichissant de suivre un tracé plus « classique ». Ce serait bien de reprendre ce dessin mais avec des smartphones, des avions, des télés…enfin des trucs qui ne datent pas du monde des cavaliers. Je le note pour plus tard. Pour celui-ci, j’ai un peu triché, j’ai utilisé un crayon à papier et j’ai du y passer au moins 3 heures.

Jour 31 : ramper

Ramper….mouais, qu’est-ce qui rampe un 31 octobre 2020 ? Je galère avec mes crayons qui diminuent en encre de plus en plus. Je repasse plusieurs fois sur le même tracé. mes noirs, paraissent moins puissant. bref, c’est la fin de Inktober. Il était temps. Il faut que je passe à autre chose. Vivement le prochain !

Mon premier inktober

C’est vraiment une superbe expérience ! Le plus dur pour moi est plus de trouver des idées. Après, j’aimerai bien le faire en ayant plus de temps. Je rêve de 3h par dessin, ce serait top ! Retrouver l’encre n’a pas toujours été facile. Habitué depuis un certain temps à bosser avec mon Ipad sur procreate, j’ai eu parfois de mauvaises surprises. Quelques dessins, n’ont pas été sélectionnés.

Je me rend compte également que j’ai encore beaucoup de chemin à faire pour arriver à un bon niveau de dessin et ca c’est génial ! Ca veut dire que je peux encore progresser. (je le savait déjà mais bon) Certaines idées vont simplement me faire rebondir. (la poule de l’espace, le style Dürer) La recherche d’idée est très bon pour la gym du cerveau. Cette cervelle qui pour une fois doit travailler plutôt que de chercher le raccourcis le plus court vers le repos.

Je me suis senti un peu seul quand j’ai débuté. J’ai un peu tourné en boucle pendant l’exercice(désolé pour mon entourage). Et puis au final, c’est une fierté personnelle quand on termine ce mini-marathon ! Certain me pose souvent la question : « mais qu’est ce que tu gagnes ? Si vous lisez cet article jusqu’au bout, c’est déjà une bonne raison, je vous ai fait perdre 5 minutes de votre précieux temps et je vous en remercie.

BONUS : « chef oui chef ! »

Celui est une erreur d’interprétation « chef » en anglais ne veux pas dire cela, mais je l’aime bien aussi !

jeter du papier Previous post INKTOBER 2020 – semaine 2
Next post obtenir et réussir son 1er rendez-vous grand compte